Rosa Candida

Publié le par JaneM

Rosa Candida

Je l'ai fini il y a plusieurs jours maintenant, mais je n'avais pas d'avis tranché sur ce livre, du moins pas à partager sur le moment. Après quelques jours de "réflexion" voici un avis qui ne sera toujours pas tranché. Pas de j'aime ou je n'aime pas pour Rosa Candida d'Audour Ava Olafsdottir. Juste un peu d'ennui ponctué de poésie.

L'histoire: Le jeune Arnljótur va quitter la maison, son frère jumeau autiste, son vieux père octogénaire, et les paysages crépusculaires de laves couvertes de lichens. Sa mère a eu un accident de voiture. Mourante dans le tas de ferraille, elle a trouvé la force de téléphoner aux siens et de donner quelques tranquilles recommandations à son fils qui aura écouté sans s'en rendre compte les dernières paroles d'une mère adorée. Un lien les unissait : le jardin et la serre où elle cultivait une variété rare de Rosa candida à huit pétales. C'est là qu'Arnljótur aura aimé Anna, une amie d'un ami, un petit bout de nuit, et l'aura mise innocemment enceinte. En route pour une ancienne roseraie du continent, avec dans ses bagages deux ou trois boutures de Rosa candida, Arnljótur part sans le savoir à la rencontre d'Anna et de sa petite fille, là-bas, dans un autre éden, oublié du monde et gardé par un moine cinéphile. Rosa Candida a été récompensé par le Prix Page des Libraires 2010 (Europe), le Prix des libraires du Québec (Roman hors Québec) et le Prix des Amis du Scribe 2011.

Encouragée aussi bien par ma mère que par les critiques des libraires et des lecteurs je me suis naturellement penchée sur ce livre islandais avec l'espoir d'y découvrir vraiment cette poésie, ce conte tant de fois loués. Quelle ne fut pas ma déception au cours de cette lecture qui n'en finissait plus, un roman court (330 et quelques pages) mais long par sa lenteur. Une histoire sans rythme, sans suspense, sans passion. Quelques rares moments de réjouissances et d'instants poétiques ponctuent heureusement ce livre. Les derniers chapitres voient enfin un peu d'action dans cette vie monotone et cela permet de fermer le livre sans trop de "mauvais" souvenir mais heureuse quand même de l'avoir, enfin!, terminé. Une vraie "belle" écriture sur certains passages fait qu'on s'arrête un instant pour savourer une phrase, hélas cela ne fait pas tout.

"Il est clair en tout cas que le jour de mon décès sera un jour de bonheur pour une foule d'habitants sur la terre- avant que le soleil ne se couche, plein d'enfants seront nés à ma place et une multitude de noces seront célébrées."

Publié dans Livres

Commenter cet article