Faber, le destructeur

Publié le par JaneM

"Je crois que nous étions en droit d'attendre une vie différente"

Faber, le destructeur

Roman de Tristan Garcia, Faber, le destructeur raconte l'histoire d'un personnage hors-norme, celle de ses amis et surtout leur relation, un peu tourmentée et  ne connaissant pas vraiment de limites.

C'est le résumé éditeur qui m'a portée vers ce livre: Dans une petite ville imaginaire de province, Faber, intelligence tourmentée par le refus de toute limite, ange déchu, incarne de façon troublante les rêves perdus d'une génération qui a eu vingt ans dans les années 2000, tentée en temps de crise par le démon de la radicalité. "Nous étions des enfants de la classe moyenne d'un pays moyen d'Occident, deux générations après une guerre gagnée, une génération après une révolution ratée. Nous n'étions ni pauvres ni riches, nous ne regrettions pas l'aristocratie, nous ne rêvions d'aucune utopie et la démocratie nous était devenue égale. Nous avions été éduqués et formés par les livres, les films, les chansons, par la promesse de devenir des individus. Je crois que nous étions en droit d'attendre une vie différente. Mais pour gagner de quoi vivre comme tout le monde, une fois adultes, nous avons compris qu'il ne serait jamais question que de prendre la file et de travailler".

Un bon roman générationnel, une histoire originale mêlant intrigue des retrouvailles (pourquoi ces trois amis se retrouvent-ils 15 ans après?) et passé des personnages. Un livre découpé en cinq parties alternant l'époque actuelle où Faber est de retour à Mornay et son passé, enfance et adolescence, avec Madeleine et Basile.  L'histoire semble se centrer principalement sur Faber, ce "destructeur" annoncé dans le titre, mais la découverte des autres personnages est aussi intense et importante. Un bémol cependant, la fin est un peu longue et m'a "déçue". L'écriture de Tristan Garcia est belle et vive, le philosophe se mêle au romancier , et le résumé parle de lui-même, comme un refrain à ce roman, tellement il colle aux personnages et à toute une génération: "Nous étions des enfants de la classe moyenne, d'un pays moyen d'Occident, deux générations après une guerre gagnée, une génération après une révolution ratée.... nous étions en droit d'attendre une vie différente"...

Publié dans Livres

Commenter cet article