Qu'est-ce qu'on a fait au bon dieu?

Publié le par JaneM

Qu'est-ce qu'on a fait au bon dieu?

Voilà une chose de faite: regarder "Qu'est-ce qu'on a fait au bon dieu?" (réalisateur: Philippe de Chauveron). On me l'a conseillé à maintes reprises à sa sortie, mais rien à faire ce film ne m'inspirait pas. Mais voilà j'avais un peu de temps (c'est les vacances après tout) et bon ok j'avoue, j'ai un peu ri, car c'est drôle. Drôle façon bourré de clichés, mais des clichés très proches de la réalité.

L'histoire: Claude et Marie Verneuil, issus de la grande bourgeoisie catholique provinciale sont des parents plutôt "vieille France". Mais ils se sont toujours obligés à faire preuve d'ouverture d'esprit...Les pilules furent cependant bien difficiles à avaler quand leur première fille épousa un musulman, leur seconde un juif et leur troisième un chinois.
Leurs espoirs de voir enfin l'une d'elles se marier à l'église se cristallisent donc sur la cadette, qui, alléluia, vient de rencontrer un bon catholique.

Finalement, les multiples personnes qui me l'ont conseillé avaient assez raison. Cette comédie dresse un portrait plutôt réaliste d'une France d'aujourd'hui, en soulignant, parfois de manière exagérée, mais c'est là le propre de toute comédie, les stéréotypes véhiculés chaque jour et partout. Ceci dit ce n'est pas pour autant le film de l'année, loin de là. Christian Clavier est égal à lui-même et joue toujours de la même manière. Le film se veut certainement un plaidoyer contre le racisme mais n'y parvient pas totalement. C'est plein de "bons" sentiments (surtout à la fin) et d'oublis. Car oui soyons honnêtes, nous ne sommes pas tous comme ça. Perso, je ne me suis pas reconnue dans cette famille très française catholique, et l'idée sous-jacente du film que toute personne issue (ou non) de l'immigration est bien intégrée quand elle chante la Marseillaise ou boit du vin (même si elle ne mange pas de porc) est assez limite et pour le coup fait bien cliché français. Et si on se souvient bien c'est le même genre de confrontation entre des cultures que l'on retrouve dans Neuilly, sa mère, film sur lequel Philippe de Chauveron était scénariste. Finalement, c'est une comédie légère avec des passages drôles, c'est divertissant mais il ne faut surtout pas chercher plus loin et abandonner l'idée d'y voir un quelconque message (seul moyen d'en profiter).

La bande-annonce:

Publié dans Films

Commenter cet article