Après la guerre, Hervé Le Corre

Publié le par JaneM

Après la guerre, Hervé Le Corre

Roman noir, polar, Après la guerre de Hervé Le Corre ressemble à un de ces films noirs des années 40-50. Ambiance, noir et blanc fin des années 1950.

L'histoire: Bordeaux dans les années cinquante. Une ville qui porte encore les stigmates de la Seconde Guerre mondiale et où rôde l’inquiétante silhouette du commissaire Darlac, un flic pourri qui a fait son beurre pendant l’Occupation et n’a pas hésité à collaborer avec les nazis. Pourtant, déjà, un nouveau conflit qui ne dit pas son nom a commencé : de jeunes appelés partent pour l’Algérie.Daniel sait que c’est le sort qui l’attend. Il a perdu ses parents dans les camps et est devenu apprenti mécanicien. Un jour, un inconnu vient faire réparer sa moto au garage où il travaille. L’homme ne se trouve pas à Bordeaux par hasard. Sa présence va déclencher une onde de choc mortelle dans toute la ville. Pendant ce temps, d’autres crimes sont commis en Algérie… 

Tout est dit dans le résumé éditeur concernant l'histoire: un passé qui ne passe pas, une vengeance qui se dessine de manière sanglante et une autre guerre qui n'en est pas encore une officiellement. Hervé Le Corre manie la plume avec talent pour nous plonger dans une ambiance et une enquête sombres. Tout est noir dans ce roman, même la ville de Bordeaux, décrite de manière bien souvent péjorative à travers le ressenti des personnages. Personnages sombres eux aussi, et tourmentés, marqués à jamais par l'Occupation et la 2nde Guerre mondiale. L'auteur a su me captiver avec une écriture fluide où se mêle argot et belle prose, des descriptions précises et des personnages complexes. Ce roman parle de la guerre, de la déportation, des collabos et donne un visage aux ripoux. Il parle de la Guerre d'Algérie et donne un visage aux Appelés. Il raconte la vengeance pour la vengeance pas pour la justice. Les émotions sont exacerbées tout en taisant les sentiments: frustration, colère, peur... tous refoulés et pourtant ce sont bien eux qui mènent les trois personnages principaux dans leur quête de vie et de mort...

Il lui arrive souvent, comme à présent, de se demander ce qu'il fait là. Ça le prend n'importe où. Au bal, dans l'autobus, au cinéma. Parmi le bruit, les bavardages. Malgré les rires et les copains. Il s'arrête alors dans ce qu'il fait et il regarde sans voir, et il écoute sans comprendre les humains qui l'entourent. Leur agitation, leur piétinement forcené, leurs trajectoires folles d'insectes traqués entre vitre et rideau.

Après la guerre Hervé Le Corre

Publié dans Livres, Polars

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article