Des fleurs pour Algernon de Daniel Keyes

Publié le par JaneM

Des fleurs pour Algernon de Daniel Keyes

Je pense que c'est une bonne chose que j'ai découvert comment tout le monde se moque de moi. J'y ai beaucoup pensé. [...]. Les gens pensent que c'est amusant quand une personne pas intelligente ne peut pas faire des choses comme eux ils peuvent.

Des fleurs pour Algernon, D. Keyes

Voici un roman dont il fallait que je parle, un classique de la littérature américaine, un roman que je voulais lire depuis un petit moment mais que je n'avais jamais acheté, accordant la priorité à d'autres envies. Puis au cours d'une discussion avec une de mes élèves, on l'a évoqué, elle l'a lu et me l'a conseillé avant de finalement m'amener le sien: l'édition augmentée contenant donc le roman, l'essai autobiographique de l'auteur et la nouvelle originale.

L'histoire: Algernon est une souris dont le traitement du Pr Nemur et du Dr Strauss vient de décupler l'intelligence. Enhardis par cette réussite, les savants tentent, avec l'assistance de la psychologue Alice Kinnian, d'appliquer leur découverte à Charlie Gordon, un simple d'esprit. C'est bientôt l'extraordinaire éveil de l'intelligence pour le jeune homme. Il découvre un monde dont il avait toujours été exclu, et l'amour qui naît entre Alice et lui achève de le métamorphoser. Mais un jour, les facultés supérieures d'Algernon commencent à décliner...

Des fleurs pour Algernon est un roman de SF très bien construit, émouvant et déstabilisant. Le personnage principal, Charlie est attachant. L'histoire à la fois étonnante et très réaliste. J'ai été un peu surprise par la 1ère page, n'ayant pas connaissance de la construction atypique du livre. Soyons honnête, les erreurs grossières, l'orthographe phonétique de Charlie ont heurté ma sensibilité de prof de français; mais on s'habitue très vite et après tout je lis des copies comme ça très régulièrement. Cette manière d'aborder le sujet à travers les ressentis de Charlie est excellente et donne toute son intensité au roman. On suit l'évolution de Charlie à travers ses yeux, ses expressions, son humanité. Car c'est là l'essentiel du roman, Charlie est un être humain et cette histoire est pleine d'humanité par les bons comme par les mauvais aspects de l'humanité.

Tout part d'une question: "Qu'arriverait-il si l'on pouvait améliorer artificiellement l'intelligence humaine?" Une idée folle, impensable? Pas tant que ça, Daniel Keyes, comme beaucoup d'écrivains de SF était juste un peu en avance sur son temps lorsqu'il a rédigé les 1ers jets de sa célèbre nouvelle. Son essai "Algernon, Charlie et moi, trajectoire d'un écrivain", est vraiment intéressant pour comprendre le processus d'écriture, les difficultés d'édition et tout le parcours, parfois semé d'embûches, de la publication d'un livre.

En somme, encore un excellent moment de lecture, touchant et instructif, où tout le panel de émotions et des ressentis humains, bons et mauvais sont exposés et nous amènent à réfléchir.

Publié dans Livres, lecture, SF, Science-fiction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article